Que faire lorsque vous êtes malade en musculation ? Quelles sont les conséquences sur votre progression ?

Aller à la musculation quand on est malade ?

Tomber malade est inévitable pour qui que ce soit, et cela peut être très frustrant pour les pratiquants de musculation. En effet, vous vous retrouvez souvent contraints à devoir stopper votre entraînement le temps de bien vous remettre. Ainsi, vous vous demandez sûrement ce que vous devez faire pour minimiser les effets négatifs de cette période sur votre progression.

La musculation quand on est légèrement malade

Si vous faites face à un coup de barre ou à un léger rhume par exemple, il se peut que vous entraîner soit positif pour vous. Cependant, la fatigue vous empêchera de vous donner à fond.

Ainsi, une séance légère d’environ 40 minutes dans laquelle vous ne chargerez pas trop vos exercices vous sera bénéfique. D’une part, cela ne cassera pas votre régularité, ce qui est très important en musculation. D’autre part, cette petite séance pourra même être un moyen de vous aider à vous réveiller, et donc à vous remettre plus rapidement de ce coup de fatigue.

Pratiquer la musculation lorsque l’on est très malade

Si vous êtes bien malade (grippe, gastro…), vous devez absolument vous reposer pendant un bon moment. Vous ne pourrez malheureusement pas vous entraîner durant ces périodes, et ce même si vous le vouliez. En effet, votre fatigue sera telle que vous ne pourrez pas bien réaliser vos exercices.

De plus, il faut savoir que durant ces périodes, votre corps a absolument besoin de repos. Or, la musculation est un sport qui demande énormément d’énergie. Ainsi, le fait de vous entraîner alors que vous êtes malade pourrait même vous affaiblir encore plus et allonger le temps de votre maladie.

Durant une maladie, votre corps a besoin de ressources que vous allez lui fournir en vous reposant. Ainsi, si vous ne dormez pas assez et que vous pratiquez des efforts physiques intenses, vous allez même finir par perdre du muscle. Se reposer lorsque vous êtes malade semble donc être la meilleure des choses à faire, autant pour votre santé que pour votre progression en musculation.

Les conséquences de ces périodes sur votre progression

Il est fort probable que durant cette période de maladie, vous soyez frustré à cause de votre inactivité forcée. Ainsi, des réflexions telles que “je vais perdre beaucoup de muscles” ou encore “je fond à vue d’oeil” vous viendront peut-être à l’esprit. Mais qu’en est-il vraiment ?

Tout d’abord, sachez que des pauses d’une semaine de temps en temps sont recommandées pour votre progression en musculation. Elles permettent en effet à vos muscles de récupérer de la meilleure des façons.

Ensuite, vous devez savoir que des périodes d’arrêts d’1 à 3 semaines sans musculation n’aboutissent pas à une perte de muscle, à deux conditions. D’une part, vous devez dormir un maximum, pour permettre à votre corps de bien récupérer et sécréter les bonnes hormones. D’autre part, vous devez bien manger, en apportant assez de calories à votre corps selon vos besoins, et en veillant à respecter les doses de protéines, de lipides et de glucides que vous lui apportez. En outre, bien dormir et bien manger va permettre de vous soigner plus rapidement.

Et en cas de maladies à vomissements (gastro entre autres) ?

Si vous vomissez souvent lors de votre maladie, vous ne pourrez malheureusement pas manger comme vous le devez. Dans ce cas là, il ne vous reste plus qu’à dormir un maximum, et surtout à éviter tout effort physique pour vous remettre rapidement.

Vous perdrez alors forcément un peu de muscles car votre corps aura besoin de puiser dans vos réserves, mais cela n’est pas vraiment problématique. En effet, si vous dormez bien et que vous vous remettez rapidement, sachez que vous reprendrez très rapidement vos muscles, grâce à ce que l’on appelle la mémoire musculaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Laissez un commentaire !
Veuillez entrer votre nom